Rechercher dans ce blog

Marc 5

1 Et ils allèrent vers l'autre côté de la mer, vers la contrée des Géraséniens.

2 A peine était-il sorti du bateau que vint au-devant de lui, sortant des tombeaux, un homme avec un esprit impur.
3 Il avait sa demeure dans les tombeaux, et plus personne ne pouvait le lier, pas même avec une chaîne.
4 Souvent en effet il avait eu les fers aux pieds et avait été lié de chaînes, mais il avait mis en pièces les chaînes et brisé les fers, et personne n'avait la force de le maîtriser,
5 et il était continuellement - nuit et jour - dans les tombeaux et dans les montagnes, criant et se meurtrissant avec des pierres.

6 Et voyant Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui,
7 et criant d'une voix grande il dit: Quoi à moi et à toi, Jésus, Fils du Dieu, du Très-Haut ? Je t'en conjure par Dieu, ne me tourmente pas !
8 Car Jésus lui disait: Sors, l'esprit impur, hors de l'homme !
9 Et il lui demandait:
- Quel est ton nom ?
- Légion mon nom, lui dit-il, car nous sommes nombreux.
10 Et il le suppliait instamment de ne pas les envoyer hors de la contrée.

11 Or il y avait là, près de la montagne, un vaste troupeau de porcs en train de paître.
12 Et ils (les esprits) le supplièrent: Envoie-nous dans les porcs, que nous entrions en eux.
13 Et il le leur permit. Et étant sortis, les esprits impurs entrèrent dans les porcs, et le troupeau se précipita en bas de la falaise dans la mer - environ deux mille - et ils s'étouffaient dans la mer.

14 Et ceux qui les faisaient paître s'enfuirent et annoncèrent (tout cela) dans la ville et dans les campagnes, et ils vinrent voir ce qui s'était passé.
15 Et ils viennent auprès de Jésus et voient celui (qui avait été) habité de démons, assis, vêtu et avec toute sa raison - lui qui avait eu la légion - et ils eurent peur.
16 Puis ceux qui avaient vu ce qui s'était passé leur racontèrent ce qui était arrivé à celui (qui avait été) habité de démons et l'histoire des porcs.
17 Alors ils se mirent à le supplier de s'en aller de leurs territoires.

18 Comme il montait dans le bateau, celui (qui avait été) habité de démons le suppliait de le garder avec lui.
19 Et il ne le lui permit pas, mais il lui dit: Va dans ta maison, auprès des tiens, et rapporte-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi, comment il a eu compassion de toi.
20 Alors il s'en alla et se mit à proclamer dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui, et tous s'étonnaient.

21 Puis Jésus ayant encore traversé [en bateau] vers l'autre côté, une foule nombreuse s'assembla auprès de lui - il était au bord de la mer.

22 Un des chefs de synagogue, nommé Jaïros, vient - et le voyant, il tombe à ses pieds
23 et le supplie avec insistance, disant: Ma fillette approche de la fin - viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive.
24 Alors il partit avec lui.

Et une foule nombreuse l'accompagnait et le pressait (de toutes parts).

25 Et une femme atteinte d'un écoulement de sang de douze ans,
26 et ayant beaucoup souffert du fait de nombreux médecins, et ayant dépensé tout ce qu'elle possédait sans en tirer aucun profit - mais au contraire son état allant plutôt vers le pire -
27 ayant entendu parler de Jésus, elle vint dans la foule par-derrière et toucha son vêtement.
28 Elle disait en effet: Si je touche ne serait-ce que ses vêtements, je serai sauvée !
29 Et aussitôt sa source de sang fut asséchée, et elle sut, dans son corps, qu'elle est guérie de son mal.

30 Et Jésus, ayant connu aussitôt en lui-même que de la force était sortie de lui, s'étant retourné dans la foule, disait: Qui a touché mes vêtements ?
31 Alors ses disciples lui disaient: Tu vois la foule qui te presse (de toutes parts), et tu dis: « Qui m'a touché ? »
32 Mais il regardait autour pour voir celle qui avait fait cela.
33 Alors, tremblant de peur, la femme, sachant ce qui lui était arrivé, vint et tomba devant lui et lui dit toute la vérité.
34 Mais il lui dit: Fille, ta foi t'a sauvée - va en paix et sois saine de ton mal.

35 Il parle encore que viennent de chez le chef de synagogue (des gens) qui disent: Ta fille est morte - pourquoi fatiguer encore le maître (*) ?
36 Mais Jésus, ayant surpris ces paroles, dit au chef de synagogue: N'aie pas peur, aie seulement foi.
37 Et il ne laissa personne l'accompagner, sinon Pierre et Jacques et Jean le frère de Jacques.

38 Et ils vont à la maison du chef de synagogue - là il voit de l'agitation et des (gens) pleurant et des (gens) se lamentant beaucoup.
39 Puis étant entré, il leur dit: Pourquoi cette agitation bruyante et ces pleurs ? L'enfant n'est pas morte: elle dort.
40 Alors ils se riaient de lui. Mais lui les jette tous dehors, prend avec lui le père et la mère de l'enfant, ainsi que ceux qui l'accompagnaient, et il entre là où était l'enfant.
41 Et ayant saisi la main de l'enfant, il lui dit: Talitha koum, ce qui se traduit: Jeune fille, je te le dis, éveille-toi !
42 Et aussitôt la jeune fille se dressa et elle marchait - en effet, elle avait douze ans. Alors ils furent [aussitôt] stupéfaits d'une grande stupeur.
43 Mais il leur fit de sévères recommandations pour que personne ne sache cela, et il dit qu'il lui soit donné à manger.

(*) Celui qui enseigne


Marc 4

1 Puis il se remit à enseigner au bord de la mer. Et s'assemble auprès de lui une foule si nombreuse qu'il monte dans un bateau, sur la mer, et s'y assied. Et toute la foule était à terre, près de la mer.
2 Alors il leur enseignait de nombreuses choses en paraboles et leur disait, dans son enseignement:

3 Ecoutez: Voici que le semeur sortit pour semer. 4 Et comme il semait,

il arriva qu'il en tomba au bord du chemin:
les oiseaux vinrent et dévorèrent cela.

5 Et autre tomba sur un endroit pierreux, où il n'y avait pas de terre abondante:
et a levé aussitôt, parce qu'il n'y avait pas de profondeur de terre,
6 mais fut brûlé quand le soleil se leva, et fut desséché, faute de racines.

7 Et autre tomba parmi les épines:
et les épines montèrent et étouffèrent cela, qui ne donna pas de fruit.

8 Et autres tombèrent dans la belle terre:
montant et croissant, ils donnaient du fruit,
et portaient: un trente et un soixante et un cent.

9 Et il disait: Qui a des oreilles pour entendre, qu'il entende !

10 Lorsqu'il fut à l'écart, ceux qui l'entouraient, avec les Douze, l'interrogeaient sur les paraboles.
11 Il leur disait: A vous, le mystère du règne de Dieu a été donné, mais à ceux du dehors tout arrive en paraboles, 12 de sorte que,
regardant ils regardent,
mais ils ne voient pas,
et entendant ils entendent,
mais ils ne comprennent pas,
de peur qu'ils ne fassent demi-tour
et qu'il ne leur soit remis.

13 Il leur dit encore: Vous ne saisissez pas cette parabole ! Comment donc pourrez-vous comprendre toutes les paraboles ?

14 Le semeur sème la parole (logos):

15 Ceux qui sont au bord du chemin, là où est semée la parole, quand ils entendent, aussitôt vient l'adversaire et il enlève la parole semée en eux.

16 Et ceux ayant été ensemencés sur les endroits pierreux, lorsqu'ils entendent la parole, la reçoivent aussitôt avec joie,
17 mais ils n'ont pas de racine en eux-mêmes - ils ne tiennent qu'un temps - dès que survient la détresse ou la persécution à cause de la parole, aussitôt c'est pour eux une cause de chute.

18 Et d'autres ayant été ensemencés parmi les épines, sont ceux qui ont entendu la parole,
19 mais les inquiétudes du siècle et la tromperie de la richesse et l'intrusion des autres désirs étouffent la parole, et elle devient sans fruit.

20 Et ceux ayant été ensemencés sur la belle terre, sont ceux qui entendent la parole et l'accueillent et portent du fruit: un trente et un soixante et un cent.

21 Il leur disait encore: La lampe vient-elle pour être placée sous le boisseau - ou sous le lit ? N'est-ce pas pour être placée sur le porte-lampe ?
22 En effet, rien n'est caché, sinon pour être manifesté, et rien n'est fait secret, sinon pour être mis en évidence.

23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende !

24 Il leur disait encore: Prenez garde à ce que vous entendez. C'est avec la mesure par laquelle vous mesurez qu'il sera mesuré pour vous, et il sera ajouté pour vous.
25 Car il sera donné à celui qui a - mais à celui qui n'a pas il lui sera enlevé aussi ce qu'il a.

26 Il disait encore: Il en est du règne de Dieu comme d'un homme qui aurait jeté la semence sur la terre
27 qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment.
28 Spontanément la terre porte du fruit: d'abord herbe, ensuite épi, puis plein blé dans l'épi
29 et quand le fruit se livre, aussitôt il envoie la faucille, car la moisson est prête.

30 Il disait encore: Comment allons-nous comparer le règne de Dieu, ou par quelle parabole le représenterons-nous ?
31 C'est comme une graine de moutarde qui, quand elle est semée sur la terre, est la plus petite de toutes les semences sur la terre
32 mais une fois semée, elle monte et elle devient plus grande que tous les légumes et donne de grandes branches, de sorte que les oiseaux du ciel peuvent s'abriter sous son ombre.

33 C'est par de nombreuses paraboles de ce genre qu'il leur disait la parole, selon qu'ils pouvaient entendre.
34 Et il ne leur parlait pas sans parabole, mais à l'écart, il expliquait toutes choses à ses propres disciples.

35 Et il leur dit en ce jour-là, le soir étant venu: Traversons vers l'autre côté.

36 Et ayant laissé la foule, ils l'emmènent, comme il était, dans le bateau - et d'autres bateaux étaient avec lui.

37 Survient alors une forte bourrasque: les vagues se jetaient contre le bateau, en sorte que déjà il se remplissait.
38 Et lui dormait à la poupe sur le coussin. Alors ils le réveillent, et lui disent: Maître (*), nous périssons et tu ne t'en soucies pas ?
39 Réveillé, il menaça sévèrement le vent et dit à la mer: Tais-toi, sois muselée ! Alors le vent s'apaisa, et un grand calme se fit.

40 Puis il leur dit: Pourquoi êtes-vous peureux ? N'avez-vous pas encore foi ?
41 Alors ils craignirent d'une grande crainte, et se disaient les uns aux autres: Qui donc est celui-ci, que même le vent et la mer lui obéissent ?

(*) Celui qui enseigne


Marc 3

1 Puis il retourna à la synagogue, et là se trouvait un homme ayant la main desséchée.
2 Or ils le surveillaient (pour voir) s'il le guérirait un jour de sabbat, afin de l'accuser.
3 Alors il dit à l'homme qui avait la main sèche: Lève-toi, là, au milieu.
4 Puis il leur dit: Est-il autorisé, lors du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal, de sauver ou de tuer une âme ? Et eux se taisaient.
5 Alors, promenant ses regards sur eux avec colère, s'affligeant de la dureté de leur coeur, il dit à l'homme: Étends la main. Et il étendit sa main, qui fut rétablie.

6 A peine sortis, les pharisiens tenaient conseil avec les hérodiens contre lui, pour le faire périr.
7 Alors Jésus se retira vers la mer avec ses disciples, ainsi qu'une nombreuse multitude, (venant) de la Galilée - et de la Judée,
8 et de Jérusalem, et de l'Idumée, et de l'autre côté du Jourdain, et des environs de Tyr et de Sidon, une grande multitude, entendant tout ce qu'il faisait, vint vers lui.

9 Alors il dit à ses disciples de tenir à sa disposition une barque, à cause de la foule, pour qu'ils ne l'écrasent pas.
10 En effet, il en guérit de nombreux, au point que tous ceux qui avaient des souffrances se jetaient sur lui pour le toucher.

11 Et les esprits impurs, quand ils le voyaient, tombaient devant lui et criaient, disant: Toi, tu es le Fils de Dieu !
12 Mais il les menaçait sévèrement pour qu'ils ne le rendent pas manifeste.

13 Puis il monte ensuite sur la montagne et il appelle auprès (de lui) ceux qu'il voulait, et ils vinrent à lui.
14 Alors il en fit douze [qu'il nomma apôtres/envoyés], pour qu'ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer,
15 et avoir autorité pour jeter dehors les démons.

16 [et il fit les Douze]: Simon, à qui il imposa le nom de Pierre,
17 et Jacques, celui de Zébédée, et Jean le frère de Jacques, auxquels il imposa le nom de Boanergès, qui signifie « Fils du tonnerre »,
18 et André, et Philippe, et Barthélemy, et Matthieu, et Thomas, et Jacques, celui d'Alphée, et Thaddée, et Simon le Cananéen,
19 et Judas Iscarioth, celui-là même qui le livra.

20 Puis il vient dans une maison, et [la] foule se rassemble encore, au point de ne pas même pouvoir manger le pain.
21 Alors, ayant compris, ceux de chez lui sortirent pour se saisir de lui car, disaient-ils, "Il est hors de sens".

22 De même, les scribes qui étaient descendus de Jérusalem disaient qu'il a Béelzéboul, et que c'est par le prince des démons qu'il jette dehors les démons !
23 Alors il les appela et se mit à leur dire, en paraboles: Comment l'adversaire peut-il jeter l'adversaire dehors ?
24 Et si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut tenir debout,
25 et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne pourra tenir debout.
26 Si donc l'adversaire s'est levé contre lui-même, il est ainsi divisé: il ne peut tenir, mais il a une fin.

27 Mais personne ne peut entrer dans la maison du fort et piller ses biens sans avoir d'abord lié le fort - alors seulement il pillera sa maison.

28 Amen, je vous le dis, tout sera remis aux fils des êtres humains, les fautes et les blasphèmes qu'ils blasphémeront,
29 mais qui blasphéma contre l'Esprit, le saint, n'obtient jamais de pardon: il est coupable d'une faute éternelle.
30 C'est qu'ils disaient: "Il a un esprit impur".

31 Alors sa mère vient, et ses frères, et se tenant dehors, ils le firent appeler.
32 Et une foule était assise autour de lui et on lui dit: Voici, ta mère et tes frères [et tes soeurs] sont dehors: ils te cherchent.
33 Et leur répondant, il dit: Qui est ma mère et [mes] frères ?
34 Puis, promenant ses regards sur ceux qui étaient assis tout autour de lui, il dit: Voici ma mère et mes frères !
35 Qui [en effet] fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère et soeur et mère.


Marc 2

1 Et quelques jours après, étant à nouveau entré dans Capharnaüm, il fut entendu qu'il est dans la maison,
2 et il se rassembla un si grand nombre de gens qu'il n'y avait plus de place, pas même près de la porte, et il leur disait la parole (logos).

3 Et ils viennent à lui portant un paralysé soulevé par quatre (hommes).
4 Et ne pouvant le présenter à cause de la foule, ils découvrirent le toit à l'endroit où il se tenait, et ayant fait une ouverture, ils laissent descendre le grabat où le paralysé était étendu.
5 Et ayant vu leur foi, Jésus dit au paralysé: enfant, tes fautes sont remises.

6 Et il y avait là quelques scribes, assis, raisonnant en leur coeur:
7 Pourquoi parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut remettre des fautes, sinon un seul, Dieu ?
8 Et Jésus ayant connu aussitôt, par son esprit, qu'ils raisonnaient ainsi en eux-mêmes, il leur dit: Pourquoi raisonnez-vous ainsi dans vos coeurs ?
9 Qu'est-ce qui est le plus facile, de dire au paralysé: « Tes fautes sont remises », ou de dire: « Lève-toi et soulève ton grabat et marche ! »
10 Alors, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a autorité pour remettre les fautes sur la terre - il dit au paralysé:
11 A toi je dis, lève-toi, soulève ton grabat et va dans ta maison.
12 Et il se releva, et aussitôt, ayant soulevé son grabat, il sortit devant tous, de sorte que, stupéfaits, tous glorifiaient Dieu en disant: Nous n'avons jamais rien vu de pareil.

13 Et il sortit encore au bord de la mer - et toute la foule venait à lui, et il les instruisait.

14 Et en passant, il vit Lévi, celui d'Alphée, assis à la table des taxes, et il lui dit: Suis-moi - et s'étant levé il le suivit.

15 Et il arriva que, comme il était étendu à table dans sa maison, de nombreux collecteurs des taxes et d'égarés étaient étendus à table avec Jésus et ses disciples - ils étaient en effet nombreux à l'accompagner.
16 Et les scribes des pharisiens, le voyant manger avec les égarés et les collecteurs des taxes, disaient à ses disciples: Pourquoi mange-t-il avec les collecteurs des taxes et les égarés ?
17 Et Jésus, qui avait entendu, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui sont forts qui ont besoin de médecin, mais ceux qui sont en mauvais état. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des égarés.

18 Et les disciples de Jean et les pharisiens jeûnaient. On vient lui dire: A cause de quoi tes disciples à toi ne jeûnent-ils pas, alors que les disciples de Jean et les disciples des pharisiens jeûnent ?
19 Alors Jésus leur dit: Les fils de la salle de noces peuvent-ils jeûner pendant que le jeune marié est avec eux ? Aussi longtemps qu'ils ont le marié avec eux, ils ne peuvent jeûner.
20 Viendront des jours où le jeune marié sera enlevé loin d'eux - alors ils jeûneront, en ce jour-là.

21 Personne ne coud un morceau de tissu non foulé sur un vieil habit, autrement le rapiéçage tire sur lui - le neuf sur le vieux - et il en résulte une déchirure pire.
22 Et personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres - sinon le vin fera éclater les outres, et le vin est perdu, ainsi que les outres - mais vin nouveau en outres neuves.

23 Et il fut fait qu'il traversait les champs de moisson un jour de sabbat, et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher les épis.
24 Alors les pharisiens lui disaient: Vois, pourquoi font-ils lors du sabbat ce qui n'est pas autorisé ?
25 Et il leur dit: N'avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu'il fut dans le besoin et qu'il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui ?
26 comment il entra dans la maison de Dieu du temps du grand prêtre Abiathar, et mangea les pains de la présentation, alors qu'il n'est permis qu'aux prêtres d'en manger, et il en donna même à ceux qui étaient avec lui ?

27 Et il leur disait: Le sabbat a été fait pour l'être humain, et non l'être humain pour le sabbat,
28 de sorte que le Fils de l'homme est Seigneur même du sabbat.


Le texte dans son substrat originel

Doit-on traduire le texte de la Bible en gardant sa rugosité d'origine, ou est-il préférable de l'orienter dans un sens conforme à la mentalité des personnes à qui est destinée cette traduction ?

Prenons par exemple le chapitre 1 de l'évangile de Marc :
Presque tous les versets commencent par "et", comme si le narrateur était enthousiaste - presque essoufflé - de raconter son témoignage : n'est-ce pas plus réel, plus vivant ?

Lorsque Jésus parle, c'est au présent : Il nous parle encore aujourd'hui, dans l'éternel présent de Dieu.

Les mots sont forts, rudes parfois : ce sont les personnes de caractère qui s'emparent du Royaume, pas les hésitants.

Lorsqu'on traduit les mots non pas en patois de Canaan, mais en leur donnant leur vrai sens, le texte devient beaucoup plus clair, plus réel, et plus spirituel aussi...