Rechercher dans ce blog

Marc 10

1 Et de là, s'étant levé, il vient dans les territoires de la Judée [et] de l'autre côté du Jourdain. Et les foules se rassemblent à nouveau auprès de lui - et comme il en avait l'habitude, il se remit à les enseigner.

2 S'étant approchés, des pharisiens vinrent alors lui demander, pour le mettre à l'épreuve, s'il est permis à un homme de renvoyer une femme.
3 Et lui, répondant, leur dit: Que vous a commandé Moïse ?
4 Et eux dirent: Moïse a permis d'écrire une attestation de rupture et de renvoyer.
5 Et Jésus leur dit: C'est à cause de la dureté de votre coeur qu'il a écrit pour vous ce commandement.
6 Mais dès le commencement de la création, il les fit mâle et femelle,
7 c'est pourquoi un humain quittera son père et la mère [et il s'attachera à sa femme],
8 et les deux seront une seule chair, en sorte qu'ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
9 Qu'un humain ne sépare donc pas ce que Dieu a uni !
10 Et à la maison, les disciples, à leur tour, se mirent à l'interroger à ce sujet.
11 Alors il leur dit: Qui renvoie sa femme et en épouse une autre est adultère envers elle,
12 et si elle, ayant renvoyé son homme, elle en épouse un autre, elle est adultère.

13 Alors ils lui présentaient des enfants pour qu'il les touche. Mais les disciples les reprirent sévèrement.
14 Voyant cela, Jésus s'indigna et il leur dit: Laissez les enfants venir à moi - ne les en empêchez pas - car le royaume de Dieu est pour ceux qui sont comme eux.
15 Amen, je vous le dis, qui n'accueille pas le royaume de Dieu comme un enfant n'y entrera jamais, c'est certain.
16 Puis, les ayant serrés dans ses bras, il (les) bénit en posant les mains sur eux.

17 Et lui sortant (pour se mettre) en chemin, un (homme) étant accouru et se mettant à genoux devant lui, l'interrogeait: Bon maître (*), que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?
18 Jésus lui dit alors: Pourquoi me dis-tu bon ? Personne (n'est) bon, sinon un seul: Dieu.
19 Tu connais les commandements: Ne tue pas - ne sois pas adultère - ne vole pas - ne témoigne pas faussement - ne fais pas de tort - honore ton père et la mère.
20 Et lui répondit: Maître (*), j'ai observé tout cela dès ma jeunesse.
21 Et Jésus, le regardant, l'aima - et il lui dit: Il te manque une seule chose: va, vends tout ce que tu as, et donne [aux] pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens: accompagne-moi.
22 Mais lui s'étant assombri à la parole s'éloigna tout triste: il avait en effet de nombreuses possessions.

23 Et ayant regardé autour, Jésus dit à ses disciples: Combien difficilement entreront dans le royaume de Dieu ceux qui ont des richesses !
24 Alors les disciples étaient effrayés par ses paroles. Mais Jésus reprit: Enfants, combien difficile il est d'entrer dans le royaume de Dieu !
25 Il est plus facile à un chameau de passer à travers [le] trou d'[une]aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume de Dieu...
26 Bien plus ébahis encore, les disciples se disaient les uns aux autres: Et qui peut être sauvé ?
27 Ayant fixé son regard sur eux, Jésus dit: Auprès des humains, impossible - mais non auprès de Dieu, car tout est possible auprès de Dieu.

28 Pierre se mit à lui dire: Voici, nous, nous avons tout laissé et nous t'avons accompagné.
29 Jésus répondit: Amen, je vous dis, il n'est personne qui ait laissé, à cause de moi et de la bonne nouvelle, maison ou frères ou soeurs ou mère ou père ou enfants ou champs,
30 et qui ne reçoive au centuple, dans le temps présent, maisons et frères et soeurs et mères et enfants et champs - avec persécutions - et, dans l'ère qui vient, vie éternelle.
31 Et nombreux premiers seront derniers, et [les] derniers premiers.

32 Et ils étaient sur le chemin - montant à Jérusalem - et Jésus les précédait. Et ils étaient effrayés, et ceux qui accompagnaient avaient peur. Alors, ayant pris de nouveau les Douze auprès (de lui), il se mit à leur dire ce qui allait lui arriver:
33 Voici, nous montons à Jérusalem, et le Fils de l'homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, et ils le condamneront à mort, et ils le livreront aux nations,
34 et ils se moqueront de lui, et ils cracheront sur lui, et ils le fouetteront et ils tueront - et après trois jours il se relèvera.

35 Et s'approchent de lui Jacques et Jean, les fils de Zébédée, lui disant: Maître (*), nous voulons que tu fasses pour nous ce que nous te demanderons.
36 Il leur dit alors: Que voulez-vous que [moi] je fasse pour vous ?
37 Et eux lui dirent: Donne-nous de nous asseoir dans ta gloire, l'un à tes droites et l'autre à tes gauches.
38 Jésus leur dit alors: Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que, moi, je bois, ou être immergés de l'immersion dont, moi, je suis immergé ?
39 Et eux lui dirent: Nous pouvons. Jésus leur dit alors: Vous boirez la coupe que, moi, je bois, et de l'immersion dont, moi, je suis immergé, vous serez immergés,
40 mais s'asseoir à mes droites ou à mes gauches, ce n'est pas à moi de le donner - sinon (à ceux) pour qui cela a été préparé.

41 Alors les dix, qui avaient entendu, commencèrent à s'indigner contre Jacques et Jean.
42 Et Jésus, les ayant appelés auprès (de lui), leur dit: Vous savez que ceux qui paraissent diriger les nations dominent sur elles en seigneurs, et que les grands (des nations) exercent leur autorité sur elles.
43 Il n'en est pas ainsi parmi vous, mais qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur,
44 et qui veut être le premier parmi vous sera esclave de tous.
45 Car le Fils de l'homme n'est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour de nombreux.

46 Ils vont ensuite à Jéricho. Et comme il sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse, le fils de Timée, Bartimée, mendiant aveugle, était assis au bord du chemin.
47 Et ayant entendu qu'il est Jésus le Nazaréen, il se mit à crier et à dire: Fils de David, Jésus, aie compassion de moi !
48 Et de nombreux le menaçaient sévèrement pour le faire taire - mais il criait d'autant plus: Fils de David, aie compassion de moi !
49 Et s'étant arrêté, Jésus dit: Appelez-le. Alors ils appellent l'aveugle en lui disant: Courage ! Lève-toi, il t'appelle !
50 Et lui, ayant rejeté son vêtement, s'étant levé d'un bond, vint à Jésus.
51 Et lui répondant, Jésus dit: Que veux-tu que je fasse pour toi ? Rabbouni, lui dit alors l'aveugle, que je voie de nouveau !
52 Et Jésus lui dit: Va, ta foi t'a sauvé. Et aussitôt il vit de nouveau et il l'accompagnait sur le chemin.

(*) Celui qui enseigne


Le texte dans son substrat originel

Doit-on traduire le texte de la Bible en gardant sa rugosité d'origine, ou est-il préférable de l'orienter dans un sens conforme à la mentalité des personnes à qui est destinée cette traduction ?

Prenons par exemple le chapitre 1 de l'évangile de Marc :
Presque tous les versets commencent par "et", comme si le narrateur était enthousiaste - presque essoufflé - de raconter son témoignage : n'est-ce pas plus réel, plus vivant ?

Lorsque Jésus parle, c'est au présent : Il nous parle encore aujourd'hui, dans l'éternel présent de Dieu.

Les mots sont forts, rudes parfois : ce sont les personnes de caractère qui s'emparent du Royaume, pas les hésitants.

Lorsqu'on traduit les mots non pas en patois de Canaan, mais en leur donnant leur vrai sens, le texte devient beaucoup plus clair, plus réel, et plus spirituel aussi...