Rechercher dans ce blog

La foi authentique libère

Le bien ne peut habiter en nous que si nous sommes dans le vrai.
C'est une évidence...

Si nous mettons la priorité sur le bien en nous, nous prenons le risque de vivre selon l'arbre de la connaissance du bien et du mal.

Si nous mettons la priorité sur la vérité en nous, vérité qui rend libre, nous vivons de l'Arbre de Vie.

Si la Bible met l'accent sur le bienfait de louer Dieu pour tout ce qui nous arrive (1 Thess 5:16-18), c'est que nous avons à nous attacher à la vérité de l'action de Dieu dans nos vies, et non pas à savoir si ce qui nous arrive est bien ou mal - sachant que par ailleurs tout concourt à notre bien (Rom 8:28).

Nous pouvons ainsi regarder comme joie toute entière lorsque nous tombons dans diverses épreuves (Jacques 1:2).

Aucune épreuve, en effet, n'est au-dessus de nos forces humaines, car Dieu ne permettra pas que nous soyons éprouvés au-dessus de nos forces - bien au contraire: avec l'épreuve Il nous donnera le nécessaire pour pouvoir la surmonter (1 Cor 10:13).

Ainsi, une fois dans cette disposition d'esprit, nous savons (non pas: nous croyons, mais: nous savons) que le Royaume est en nous (Luc 17:21).

Peu de personnes acceptent ce qui vient d'être dit... c'est pourquoi Jésus a précisé qu'il y a peu d'élus parmi les nombreux appelés (Mat 22:14), que le chemin est étroit (Mat 7:14), que nous avons à passer par un trou d'aiguille (Mat 19:24), à renoncer à nous-mêmes (Mat 16:24)...

De plus, sans renouvellement de l'intelligence - de notre être intérieur entier - notre foi est dégradée (Eph 4:20-24). En effet, on ne coud pas un tissu neuf sur un tissu vieux (Mat 9:16), ni ne met du vin nouveau dans de vieilles outres (Mat 9:17).

L'essentiel est par conséquent d'être engendré d'en haut (Jean 3:3), de manger chaque jour notre pain super-substantiel (Mat 6:11, Luc 11:3), pain du ciel - au-dessus de l'être mortel que nous sommes.

Le mot traduit "repentance" signifie en effet "se tourner vers ce qui est dessus, vers le haut".
Le mot traduit "conversion" signifie "changement de mentalité".

Si nous ne changeons pas de mentalité (si notre intelligence n'est pas renouvelée), si nous ne nous tournons pas vers le haut, ne mangeons pas notre pain venu du ciel en permanence, c'est que nous aimons notre vie telle qu'elle est... et nous finirons par la perdre... alors que si nous n'aimons pas cette vie terrestre, psychique, démoniaque (Jac 3:15) nous conserverons notre Vie de plénitude (Jean 12:25).

"Vie de plénitude" est une meilleure traduction que "vie éternelle", car en Dieu il n'y a pas de temps (de même, "au commencement" est mieux traduit par "dans Le Principe", et "fin du monde" par "but des temps"). La Vie en plénitude suppose que nous vivions ici et maintenant, dans la plénitude de Dieu. Ainsi, nous ne ratons pas la cible (traduit dans nos bibles par "pécher").

Je suis libre car l'Esprit du Seigneur est en moi (2 Cor 3:17)


Les 3 mots qui font toute la différence


Dans le Livre de l'Apocalypse, 3 mots font toute la différence, s'ils sont traduits correctement:

  1. v. 1:1 Apocalypse = Dévoilement
  2. v. 1:1 Ce qui doit être fait bien promptement
  3. v. 1:10 Au jour du Seigneur

Développement ici

La vérité vous rendra libre!


Dans quelle dimension vivez-vous ?

Lorsque vous lisez "Au commencement Dieu..." (Gen) ou "Au commencement était..." (Jean), ne vous sentez-vous pas frustré(e) ?

La réalité n'est-elle pas plus que ces 4 dimensions dans lesquelles nous "passons" notre vie ?

Notre vie... mais pas notre Vie!

Alors, lorsque vous apprenez que nos traducteurs ont réduit des éléments de dimensions supérieures à des éléments temporels, vous dites "ouf...!, il me semblait bien qu'il y avait plus que cela...".

Les traducteurs semblent en effet vivre uniquement dans les dimensions humaines, et perdent beaucoup en ne traduisant pas selon l'Esprit qui a inspiré les textes et qui en sous-tend la signification profonde.

Ainsi, "Au commencement..." serait mieux traduit par "Dans le Principe de tout...": ce qui sous-tend tout ce qui existe, c'est Dieu, c'est le Logos, le Verbe/Parole! C'est bien plus que "Au commencement..."!

Idem pour le mot traduit par "éternel": "la vie éternelle" p.ex., nous confine à nouveau dans nos 4 dimensions terrestres. Alors que si on considère le terme donné par l'Auteur, on entre dans la dimension de "la Vie de plénitude", ce qui est tout de même autre chose...

Autre exemple: "Donne-nous notre pain de ce jour" ou "Donne-nous le pain de notre subsistance", que l'on devrait traduire par "Donne-nous aujourd’hui notre pain supersubstantiel", ce qui est tout de même autre chose! (1)

Encore un exemple ? Traduire par "naître de nouveau" ce qui est en fait "être (ré-)généré d'en haut".

Si vous vivez dans la bonne dimension, toutes ces traductions vous seront familières.

Si ce n'est pas le cas, posez-vous la question: "Est-ce que je vis dans la bonne dimension ?"


(1) Raoul de Presles (fin 14e siècle), Lefèvre d'Étaples (1524) et Félicité Robert de Lamennais (1846) ont traduit correctement... mais c'était avant et au début de l'ère industrielle, qui a rendu les êtres humains matérialistes, terrestres, psychiques...