Rechercher dans ce blog

Marc 13

1 Alors qu'il sort du temple, un de ses disciples lui dit:
Maître (*), vois,
quelles grandes pierres et
quelles grandes constructions !
2 Et Jésus lui dit:
Tu regardes ces grandes constructions ?
A coup sûr ne sera laissée ici pierre sur pierre qui ne soit
à coup sûr détruite.

3 Comme il était assis vers le mont des Oliviers, face au temple, Pierre et Jacques et Jean et André se mirent à l'interroger, à l'écart:
4 Dis-nous, quand cela sera, et quel (sera) le signe quand tout cela va s'accomplir ?
5 Et Jésus se mit à leur dire:
Prenez garde que personne ne vous égare.
6 Beaucoup viendront en mon nom, disant:
« Moi, JE SUIS ! »
et ils en égareront de nombreux.

7 Quand vous entendrez (parler de) guerres et (de) rumeurs de guerres, ne soyez pas alarmés: cela doit être fait, mais (ce n'est) pas encore la fin:
8 Se dressera en effet nation contre nation
et royaume contre royaume,
seront des séismes - en divers lieux - seront des famines:
commencement des douleurs de l'enfantement.

9 Vous, prenez garde à vous-mêmes:
Ils vous livreront aux sanhédrins (les tribunaux)
et aux synagogues (les assemblées) vous serez maltraités
vous comparaîtrez aussi devant des gouverneurs (les politiques)
et des rois (les puissants)
à cause de moi - en témoignage pour eux.

10 Et à toutes les nations il faut d'abord que la bonne nouvelle soit proclamée.
11 Et quand ils vous mèneront pour vous livrer, ne vous inquiétez pas à l'avance de ce que vous direz, mais dites ce qui vous sera donné à cette heure-là - car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit, le saint.

12 Et un frère livrera un frère à la mort, et un père un enfant, et se dresseront enfants contre parents, et ils les mettront à mort.
13 Et vous serez détestés de tous à cause de mon nom - et celui tiendra bon jusqu'à la fin sera sauvé.

14 Et lorsque vous verrez l'abomination de la désolation se tenant là où il ne faut pas - que celui qui lit comprenne - alors, ceux de la Judée, qu'ils fuient dans les montagnes,
15 [et] celui (qui est) sur le toit en terrasse, qu'il ne descende pas, ni n'entre pour emporter quelque chose de sa maison,
16 et celui (qui est) au champ, qu'il ne retourne pas en arrière pour emporter son vêtement.

17 Hélas alors pour celles ayant dans le ventre (enceintes) et celles allaitant en ces jours-là...
18 et priez que cela ne se produise pas en hiver !
19 Car ces jours seront une telle détresse qu'il n'en est pas arrivée de semblable depuis le fondement de la création - que Dieu créa - jusqu'à maintenant, et qu'il n'en arrivera jamais plus.
20 Et si le Seigneur n'abrégeait pas les jours, toute chair ne serait pas sauvée - mais il a abrégé les jours à cause des élus qu'il a élus.

21 Et alors, si quelqu'un vous dit:
« Vois: ici le Christ ! »
« vois: là ! »
n'y accordez pas foi.
22 Se lèveront en effet de pseudo-christs et de pseudo-prophètes, qui donneront signes et prodiges pour faire errer - si possible - les élus.
23 Et vous, soyez sur vos gardes - je vous ai tout dit d'avance.

24 Mais en ces jours-là, après cette détresse-là, le soleil s'obscurcira et la lune ne donnera plus son éclat,
25 et les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées.
26 Et alors ils verront le Fils de l'homme venant dans les nuées avec grande puissance et gloire.
27 Puis il enverra les anges et rassemblera les élus des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel.

28 Et du figuier apprenez la parabole: Quand déjà sa branche devient tendre et que les feuilles poussent, vous savez que l'été est proche.
29 Ainsi vous aussi, quand vous voyez ces choses arriver, vous savez qu'il est proche, aux portes.
30 Amen, je vous dis qu'à coup sûr cette génération ne passera pas que tout cela n'arrive.
31 Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas, c'est certain.

32 Et quant à ce jour-là, ou à l'heure, personne ne sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, sinon le Père.
33 Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand c'est le moment:
34 (Il en sera) comme un humain en voyage, laissant sa maison, et ayant donné l'autorité à ses esclaves, à chacun sa tâche, et qui a commandé au gardien de la porte de veiller.
35 Veillez donc, car vous ne savez pas quand vient le seigneur de la maison: ou le soir, ou au milieu de la nuit, ou au chant du coq, ou au matin,
36 de peur que venant soudainement il vous trouve endormis.

37 Et ce que je vous dis, je le dis à tous: Veillez.

(*) Celui qui enseigne


Le texte dans son substrat originel

Doit-on traduire le texte de la Bible en gardant sa rugosité d'origine, ou est-il préférable de l'orienter dans un sens conforme à la mentalité des personnes à qui est destinée cette traduction ?

Prenons par exemple le chapitre 1 de l'évangile de Marc :
Presque tous les versets commencent par "et", comme si le narrateur était enthousiaste - presque essoufflé - de raconter son témoignage : n'est-ce pas plus réel, plus vivant ?

Lorsque Jésus parle, c'est au présent : Il nous parle encore aujourd'hui, dans l'éternel présent de Dieu.

Les mots sont forts, rudes parfois : ce sont les personnes de caractère qui s'emparent du Royaume, pas les hésitants.

Lorsqu'on traduit les mots non pas en patois de Canaan, mais en leur donnant leur vrai sens, le texte devient beaucoup plus clair, plus réel, et plus spirituel aussi...