Rechercher dans ce blog

Marc 11

1 Et quand ils approchent vers Jérusalem - vers Bethphagé et Béthanie, près du mont des Oliviers - il envoie deux de ses disciples
2 et leur dit: Allez vers le village en face de vous - sitôt que vous y serez entrés, vous trouverez un ânon attaché, sur lequel personne des humains ne s'est encore assis - déliez-le et amenez-le.
3 Et si quelqu'un vous dit:
« Pourquoi faites-vous ceci ? »
dites:
« Le Seigneur en a besoin, puis aussitôt après il le renvoie ici »
4 Puis ils s'en allèrent et trouvèrent un ânon attaché dehors, près d'une porte sur la rue - et ils le délient.
5 Alors quelques-uns de ceux qui étaient là se mirent à leur dire: Que faites-vous, à délier l'ânon ?
6 Et eux leur dirent comme Jésus l'avait dit, et ils les laissèrent.
7 Puis ils amènent l'ânon à Jésus, et ils jettent sur lui leurs vêtements, et il s'assit dessus.
8 Et de nombreux étalèrent leurs vêtements sur le chemin, et d'autres des feuillages qu'ils avaient coupés dans les champs.
9 Alors ceux qui précédaient et ceux qui suivaient criaient: Hosanna ! Béni (est) celui qui vient au nom du Seigneur !
10 Béni (est) le règne qui vient, de David notre père ! Hosanna dans les lieux très hauts !
11 Puis il entra dans Jérusalem, dans le temple. Quand il eut tout regardé autour (de lui), l'heure étant déjà tardive, il sortit vers Béthanie avec les Douze.

12 Et le lendemain, étant sortis de Béthanie, il eut faim.
13 Apercevant alors de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s'il y trouverait quelque chose - mais, en y arrivant, il n'y trouva que des feuilles - car ce n'était pas le temps des figues.
14 Alors répondant, il lui dit: Que personne ne mange plus un fruit de toi, à jamais ! Et ses disciples entendaient.

15 Puis ils vont à Jérusalem. Entré dans le temple, il se mit à jeter dehors ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le temple - et il renversa les tables des changeurs et les sièges des vendeurs de colombes.
16 Et il ne laissait personne transporter un objet à travers le temple.
17 Et il enseignait et leur disait: N'est-il pas écrit: Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations. Mais vous en avez fait une caverne de bandits.
18 Les grands prêtres et les scribes entendirent - et ils cherchaient comment le perdre - ils avaient en effet peur de lui, parce que toute la foule était frappée de son enseignement.

19 Et quand le soir fut venu, ils sortaient hors de la ville.

20 Et en passant, le matin, ils virent le figuier desséché depuis les racines.
21 Puis se rappelant (ce qui s'était passé), Pierre lui dit: Rabbi, vois, le figuier que tu as maudit a été desséché.
22 Et répondant, Jésus leur dit: Ayez la foi de Dieu.
23 Amen, je vous dis que qui dira à cette montagne: « Soulève-toi et jette-toi dans la mer », et sans hésiter dans son coeur, mais en ayant foi que ce qu'il dit arrive, ce sera pour lui.
24 C'est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous priez et vous demandez, ayez foi que vous l'avez reçu, et ce sera pour vous.
25 Et lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père, celui dans les cieux, vous pardonne aussi vos fautes.
[26 Mais si vous ne pardonnez pas, votre Père, celui dans les cieux, ne vous pardonnera pas non plus vos fautes]

27 Et ils vont de nouveau à Jérusalem - et comme il marchait dans le temple, viennent vers lui les grands prêtres et les scribes et les anciens,
28 et ils lui disaient: Par quelle autorité fais-tu cela ? Ou qui t'a donné autorité pour le faire ?
29 Et Jésus leur dit: (Moi aussi) je vous interrogerai - une seule parole - répondez-moi, et je vous dirai par quelle autorité je fais cela.
30 L'immersion de Jean, était-elle du ciel ou des humains ? Répondez-moi.

31 Et ils raisonnaient entre eux, disant:
Si nous disons:
« Du ciel »
il dira:
« [Alors] pourquoi n'avez-vous pas eu foi en lui ? »
32 Mais si nous disons:
« Des humains... »

Ils avaient peur de la foule, car tous tenaient réellement Jean pour un prophète.
33 Répondant donc à Jésus, ils disent: Nous ne savons pas. Alors Jésus leur dit: Moi non plus, je ne vous dis pas par quelle autorité je fais cela.


Le texte dans son substrat originel

Doit-on traduire le texte de la Bible en gardant sa rugosité d'origine, ou est-il préférable de l'orienter dans un sens conforme à la mentalité des personnes à qui est destinée cette traduction ?

Prenons par exemple le chapitre 1 de l'évangile de Marc :
Presque tous les versets commencent par "et", comme si le narrateur était enthousiaste - presque essoufflé - de raconter son témoignage : n'est-ce pas plus réel, plus vivant ?

Lorsque Jésus parle, c'est au présent : Il nous parle encore aujourd'hui, dans l'éternel présent de Dieu.

Les mots sont forts, rudes parfois : ce sont les personnes de caractère qui s'emparent du Royaume, pas les hésitants.

Lorsqu'on traduit les mots non pas en patois de Canaan, mais en leur donnant leur vrai sens, le texte devient beaucoup plus clair, plus réel, et plus spirituel aussi...